Home


On January 17, 2017, Le Devoir newspaper published an article on the insolvency of the Biennale de Montréal (BNL MTL). Although the article clearly mentioned that the Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL) has not been responsible for BNL MTL since 2013, a number of people still believe that Claude Gosselin, founder of BNL MTL, and the CIAC MTL are still connected to BNL MTL. We have recently heard comments to that effect.

It must be reminded that CIAC MTL transferred all its assets in BNL MTL through a legal act dated April 16, 2013, to the new non-profit organization registered under BNL MTL, an organization totally independent from CIAC MTL.

We must convey once again this information to avoid that CIAC MTL and Claude Gosselin suffer any harm to their reputation because of a misunderstanding of the current situation at BNL MTL. CIAC MTL left an enviable financial situation to BNL MTL as well as a very positive reputation towards the event.

Claude Gosselin and CIAC MTL take this opportunity to thank once again all the individuals, artists, institutions and partners who have made possible the creation of the Biennale de Montréal and the production of the seven (7) first editions of this visual arts event in Montréal.



Véritable monument de la scène artistique canadienne, Raymond Gervais est décédé le 6 janvier dernier.  Il laisse une œuvre où se mêlaient les mondes de la musique et des arts visuels réunis sous forme d'installations, de vidéos et de performances. Cet autodidacte assumé nous laisse l’œuvre d’une vie qui restera marquante pour le monde des arts au Québec et au Canada.

Au cours des 40 dernières années, il aura été animateur de plusieurs émissions musicales à la radio de Radio-Canada; il a participé activement à la sauvegarde du patrimoine musical, en particulier dans le domaine du jazz et de la musique classique et contemporaine. Il a lui-même été musicien, organisateur de concerts, enseignant et écrivain sur la musique tout en donnant des ateliers et des conférences. Il aura été un collectionneur d’objets liés à la musique, objets qui lui serviront à créer des histoires et des installations aux analogies étonnantes.

Gervais s'intéresse bien sûr au monde musical pour sa dimension sonore, mais aussi pour l'aspect visuel des disques, leurs possibilités plastiques, oniriques. En tant que commissaire, il a d'ailleurs exploré les liens unissant les pochettes de disques et la photographie lors de l'exposition PHONO PHOTO, Carte grise à Raymond Gervais à Dazibao en 2001. Il a fait partie des artistes de l’exposition Aurora Borealis, (1985) produite par le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL) dans le cadre des Cent jours d'art contemporain de Montréal. Il a participé à l'importante anthologie Broken Music, présentée en 1990 au Musée d'art contemporain de Montréal. À cette occasion, il avait élaboré, en collaboration avec Irene F. Whittome et Rober Racine, le Trio pour Samuel Beckett, un livre disque alliant musique et voix, textes et images.

Exposées au Canada et en Europe ses œuvres se retrouvent au Musée des beaux-arts du Canada, au Musée d'art contemporain de Montréal, au Musée des beaux-arts de l’Ontario, au Musée national des beaux-arts du Québec, ainsi que dans de nombreuses collections privées. Il a reçu plusieurs distinctions pour sa contribution artistique, notamment le prix Ozias-Leduc de la Fondation Émile Nelligan en 2010 et le Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques en 2014.

Il laisse un vide considérable, tant pour sa famille, ses amis et les passionnés d’art. C’est donc pour lui rendre un dernier hommage qu’un rassemblement se tiendra le samedi 13 janvier 2018 chez Memoria, 1111, rue Laurier Ouest, Montréal à compter de 13h00. Un concert au piano de la Musique des Pages-Miroirs (extrait) de Rober Racine sera donné à 15h00.

Claude Gosselin et les membres du conseil d’administration du CIAC MTL offrent leurs plus sincères condoléances à Chantal Pontbriand et les familles Gervais et Pontbriand.

 

Information sur l'oeuvre:
Raymond Gervais
Tombeau (Mathias Grünewald via Paul Hindemith), 2000
Photographie et collage, No 1/2
51 x 43 cm



Vous trouverez ci-joint le bilan de l'exposition Les Cabinets de curiosités LGBTQ+. Nous tenons à remercier une fois de plus l'ensemble des artistes et organismes communautaires ayant contribué à la réussite de cet événement culturel.



Pour sa campagne de financement 2017, le CIAC offrait une œuvre de Sylvie Laliberté. L'oeuvre a été tirée au sort début novembre et remportée par madame Suzanne Sauvage, présidente et chef de direction du musée McCord, ainsi que donatrice au CIAC depuis plusieurs années.

Sylvie Laliberté
Quand le désir s'en va, partez avec lui, 1999,
Photographie couleur, Tirage hors commerce, no HC VII, 28 cm x 38 cm.



Dans le cadre de l'exposition les Cabinets de curiosités LGBTQ+, l'artiste Evergon a produit une œuvre originale afin de soutenir les activités du CIAC. Cette oeuvre est tirée à 3000 exemplaires, dont 50 signées et numérotées par l'artiste de 1 à 50, pour 50 $ chacune. Il en reste une trentaine.

Evergon (AKA Cellulose Everegonni, Eve R. Gonzales, Egon Brut et Big Hellion), artiste, photographe novateur et enseignant canadien de renommée internationale, est une véritable icône culturelle. Précurseur de l’art contemporain homo-érotique et figure emblématique des communautés homosexuelles en Amérique du Nord, il agit, au sein des milieux culturels, par sa défense active des droits des homosexuels. Il questionne la société, sa normativité et sa tendance à imposer une identité sexuelle dominante.

Tout au long de sa carrière, Evergon n’a jamais cessé de défier les idées préconçues de la « norme ». Par son engagement prononcé pour la diversité sexuelle, notamment celle de l’homosexualité, il nous fait voir les réalités de notre monde. Il nous propose des représentations de jeux sexuels à travers des mises en scène coquines, parfois oniriques, parfois brutales par la force de l’image.  Dans ses grands formats, les photographies d’Evergon ont des qualités théâtrales incontestables. Crées par les effets de la lumière, des costumes, des modèles et des accessoires, ce sont de véritables mises en scènes d’inspiration Renaissance ou Baroque. Son travail s’éloigne de la dimension documentaire souvent rattachée au médium de la photographie.

En 1987, le Musée des beaux-arts du Canada a présenté et mis en circulation nationale et internationale une importante rétrospective de ses œuvres intitulée Evergon 1971-1987. En 2017, il fait partie des expositions Le temps file au Musée national des beaux-arts du Québec et La photographie au Canada 1960-2000 au Musée des beaux-arts du Canada.

Détenteur d’une maîtrise en beaux-arts du Rochester Institute of Technology (1974), il débute sa carrière en réactivant des techniques tombées en désuétude comme le cyanotype, le Polaroïd et l’holographie. Aujourd’hui, il se concentre sur des procédés liés à la photographie numérique. Plusieurs de ses œuvres ont été acquises par les grands musées du Québec, du Canada et de l'étranger, indiquant le succès incontestable de sa démarche, allant bien au-delà du milieu gai.

Evergon
Le Russ, 2017.
Photo 27'' x 33'' / 69 cm x 84 cm.

Cliquez-ici pour regarder la version non-censurée de cette oeuvre



L'artiste Gu Xiong expose avec sa fille à la Art Gallery of Ontario dans le cadre de l'exposition Every. Now. Then : Reframing Nationhood jusqu'au 10 décembre prochain. On se souviendra que l'artiste participait à la Biennale de Montréal en 2000 sous le titre Every Time/Tout le temps, sous le commissariat de madame Peggy Gale. Le CIAC possède une photo offerte par l'artiste. Pour l'achat de l'oeuvre, informez-vous auprès de Claude Gosselin au 514-288-0811 ou au claude.gosselin@ciac.ca

Pour d'avantage d'informations, vous pouvez consulter son site web :
http://guxiong.ca/en/group-exhibitions/every-now-then