Accueil

Les Biennales de Montréal



La BNL MTL est un organisme indépendant du CIAC MTL

Le 17 janvier 2017, le journal Le Devoir publiait un article sur l’insolvabilité de la Biennale de Montréal (BNL MTL). Bien que l’article mentionnait clairement que le Centre international d’art contemporain de Montréal (CIAC MTL) n’était plus responsable de la BNL MTL depuis 2013, plusieurs personnes croient encore que Claude Gosselin, le fondateur de la BNL MTL, et le CIAC MTL sont toujours liés à la BNL MTL. Nous avons entendu récemment des commentaires dans ce sens. 

Nous tenons à rappeler que le CIAC MTL a transféré tous les actifs qu’il détenait dans le projet BNL MTL par un acte légal daté du 16 avril 2013 au nouvel organisme à but non lucratif enregistré sous BNL MTL, organisme totalement indépendant du CIAC MTL. 

Nous devons rappeler cette information pour éviter que le CIAC MTL et Claude Gosselin subissent des torts à leurs réputations dus à une mauvaise compréhension de la situation actuelle à la BNL MTL. Le CIAC MTL a remis à la BNL MTL une situation financière enviable et une réputation très positive envers l’événement. 

Claude Gosselin et le CIAC MTL profitent de cette occasion pour remercier encore une fois toutes les personnes, artistes, institutions et partenaires qui ont rendu possible la création de la Biennale de Montréal et la réalisation des sept (7) premières éditions de cet événement pour les arts visuels à Montréal.

1998

Après avoir organisé l'événement annuel Les Cent jours d'art contemporain de Montréal de 1985 à 1996, le CIAC organise dorénavant la Biennale de Montréalune biennale internationale sous la direction artistique de commissaires. La première édition a lieu en 1998. Le thème retenu: La Poésie, l'Humour et le Quotidien. Elle présente trente artistes, autant du Québec-Canada que de l'étranger. Parmi les lieux utilisés notons le Marché Bonsecours, le Musée Juste pour rire et le Centre de design de l'UQAM. Pour un document complet sur la programmation, voir la Biennale de Montréal 1998.

2000

La seconde édition de la Biennale de Montréal a été présentée dans l'ancien Palais du commerce (rue Berri). Elle comportait trois sections: une exposition d'art visuel de la commissaire Peggy Gale intitulée "Tout le Temps" ; une exposition d'architecture "Maison-Lieux", du commissaire Georges Adamczyk ; une exposition d'art électronique de la commissaire Sylvie Parent ; une présentation des projets gagnants conçus par les architectes pour la future Bibliothèque et Archives nationales du Québec ; un projet de design mobilier de Jacques Bilodeau. 
Les deux publications qui accompagnaient cette édition de la biennale sont épuisées. Pour la programmation complète, voir la biennale de Montréal 2000.
La Biennale de Montréal 2000 a gagné le Prix annuel pour les arts visuels décerné par le Conseil des arts de Montréal.

2002

Colette, Maison de lumière (The new me), 2002 - Credit photo: Guy L'Heureux
John Scott, The new Demon Bowl, 2002 - crédit photo: Guy L'Heureux

 

La troisième édition de la Biennale de Montréal a prit place à la Cité Multimédia, à la Fonderie Darling et à la galerie Espacio Mexico. Elle était composée de deux expositions d'arts visuels du commissaire Claude Gosselin dont une, "Un hommage à Betty Goodwin (dessins)", et l'autre également consacrée au dessin, ayant pour titre "La vie, c'est la vie ! Plaisirs, Passions, Emotions / Life is Life ! Pleasures, Passions, Emotions" ; et d'une exposition d'art numérique de la commissaire Anne-Marie Boisvert. Ces expositions étaient également accompagnées de diffusions cinématographiques, d'une œuvre en extérieur et d'une performance ainsi que de Promenades architecturales dans le quartier multimédia (quartier des Récolés), organisés par Claude Gosselin. Pour la programmation complète, voir la biennale de Montréal 2002

 

 

2004


Scheme consultant, Vertige ou chacun sa place - 
crédit photo : Alain Laforest


Pour cette quatrième édition de la Biennale de Montréal, le thème retenu est  “Agora : le domaine public”.  Cinq expositions au programme : "Montréal : la ville créative" du commissaire Nicholas Olsberg, "Rudie Baur", du commissaire Marc H. Choko, "Place publique" de Claude Gosselin, "Rajak Ohanian", du commissaire Laurent Godin, "C'est ma place publique", de la commissaire Sophie Gironnay, "La ville virtuelle" (arts électroniques) de la commissaire Anne-Marie Boisvert.   Les lieux investis étaient l’ancien édifice The Gazette, l'esplanade de la Place des Arts, le Palais des Congrès et le Centre de Design de l'UQAM.

Pour la programmation complète, voir la biennale de Montréal 2004

La même année, le CIAC fêtait ses 20 ans d'existence en publiant un ouvrage rétrospectif relatant les 11 éditions des Cent jours et les trois premières éditions de la Biennale de Montréalainsi que toutes les autres activités produites entre 1984 et 2004.


2007

Le thème de la cinquième édition de la Biennale de Montréal était Remuer ciel et terre, du commissaire Wayne Baerwaldt. Elle prit place à la Parisian Laundry, au  Musée des beaux-arts de Montréal, à la Galerie de l'UQAM, à la Galerie Liane et Danny Taran, à la Cinémathèque québécoise et à la Galerie la Centrale/Powerhouse. Plusieurs expositions étaient présentées : exposition d'oeuvres de David Almejd de la commissaire Louise Déry ; Sculptures de Graeme Patterson du commissaire Ray Cronin (Art Gallery of Novia Scotia), “Sitting Bull and the moose Jaw Sioux”de Dana Claxton de la commissaire Heather Smith (Moose Jaw Museum and  Art Gallery), “Comic Craze” exposition conçue par Sylvie Gilbert e la conservatrice Renée Baert ; “Montréal, cité bébé”, de Meredith Carruthers de la Galerie Liane et Danny Taran. 
Des promenades culturelles étaient également organisées autour d'oeuvres d'art public et d'oeuvres architecturales, ainsi que des performances qui mêlent musique et arts graphiques. 

Pour la programmation complète, retrouvez le catalogue édité pour la biennale de Montréal 2007

Et si vous souhaitez en savoir plus, découvrez l'entrevue avec le commissaire Wayne Baerwaldt : Partie 1 & Partie 2 (en anglais). 


2009 





Lynn Hughes - Jeux Interactifs lab poreux / porous lab

Crédit photo : Ed Kostiner

La sixième édition de la Biennale de Montréal se présenta sous le thème de la “Culture libre”.  Les arts visuels suggéraient la participation du citoyen, avec notamment les oeuvres électroniques participatives de Perry Bard et Mathieu Bouchard.  A partir d'une idée originale de Scott Burnham, on retrouvait les expositions de Cao Guimares et Richard Wentworth (photographie) , les oeuvres interactives de Daniel Jolliffe et Melissa Mongiat ; une oeuvre d'art public de Roadsworth et “Shopdropping”, critique de la société de consommation. “Design libre”, “Musique libre” avec des paysages sonores des commissaires Claudio Marzano et Scott Clyke ; “Cinéma libre” à travers 8 courts 1 collectif des commissaires Michèle Gauthier et Claudine Tissier, étaient également présentés. Pour l'électronique, on pouvait retrouver des jeux interactifs du Lab Poreux /Porous Lab, projet coordonné par Lynn Hughes et Bart Simon. Les Paysages sonores sont en vente en ligne ici : Librairie Formats. Pour la programmation complète, voir la biennale de Montréal 2009. 


2011

Ian Wallace - Coup de dès. Crédit photo : Ludovic Beillard 

La septième et dernière édition de la Biennale de Montréal organisée  par le CIAC prit place à l'ancienne École des beaux-arts de Montréal, au Cinéma du Parc et à la Fondation Guido Molinari. Les oeuvres présentées s'articulaient autour du thème du “hasard”.  En arts visuels on retrouvait les expositions La Tentation du hasard, des commissaires David Liss et Claude Gosselin; et “Molinari et le hasard (en deux temps)” du commissaire Gilles Daigneault”. En arts électroniques, Paule Mackrous était la commissaire de “Le hasard : une force imaginaire pour les arts électroniques”. Pour la programmation complète, voir la biennale de Montréal 2011